Être prévenu des nouveaux articles de ce Blog par eMail

samedi 2 août 2014

Daty92; Une soirée Bi à Duisburg, §2; 2 août 2014





 Vacances sexuelles 2014 §7
Une soirée Bi à Duisburg
    2èm
e partie : Gina Bi-Treff

Vacances sexuelles 2014 §1, Prisca ici
Vacances sexuelles 2014 §2, Un gang bang chez Spermagames, §1, ici
Vacances sexuelles 2014 §3, Un gang bang chez Spermagames, §2, ici
Vacance sexuelles 2014 §4, Titty-Girls Party, 1ère partie ici
Vacance sexuelles 2014 §5, Titty-Girls Party, 2ème partie ici
Vacances sexuelles 2014 §6, Une soirée Bi à Duisburg, 1ère partie ici

A mon réveil, il est temps de partir pour la soirée qui est assez proche de mon hôtel, dans la zone rouge de Duisburg.

Les convives sont conviés pour 21h au Gina Bi-Treff. C’est un établissement tenu par une Trans et je me suis inscris à la soirée via leur page internet.

J’arrive et me gare, il y a un monde fou dehors pour la zone rouge. Les hordes de jeunes turcs sont de sortie !!! Il me semble étonnant d’installer un établissement libertin en pleine zone rouge. Il y a bien sûr des recoupements de clientèle, mais tout de même, le choix me semble curieux.

A mon entrée, il y a déjà un couple et un homme dans le club. Le barman encaisse mes 40€ de droit d’entrée pour un homme seul et me fait visiter l’établissement. Il faut dire que le tour est ultra rapide :



Tout est de plein pied
La porte d’entrée donne directement sur le couloir du club. A droite se trouve le bar sur toute la longueur de la pièce, à gauche, face au début du bar il y a une zone avec une banquette et quelques petites tables rondes. C’est le coin de convivialité. Il y a quelques chaises hautes près du bar. Un peu plus loin à gauche, face à la fin du bar se trouve une cabine sans porte assez grande pour contenir 3 ou 4 couples. La fin du bar accueille aussi un tout petit buffet.


La cabine face au bar

Ensuite il reste encore une chambre avec une porte, la salle du vestiaire avec des armoires métalliques sur deux hauteurs et une douche ainsi que des WC.


Les vestiaires

C’est je crois le plus petit club que j’ai jamais vu. Je reçois une clef pour mon vestiaire, une serviette et on m’incite à me mettre nu ce qui me va très bien. Une fois en tenue de combat, je m’installe au bar où on me sert un verre d’eau à a demande.


Le coin social

Il ne se passe pas grand-chose pour le moment. Ça cause un petit peu, la fille est une brune allemande, assez sympa et un peu potelée, rien de trop, disons qu’elle a de jolies formes. Son homme est nettement plus enrobé, ventripotent plutôt, mais bon, rien de catastrophique.

Ça cause toujours, et doucement d’autres personnes arrivent. D’abord un couple, la femme est blonde, mais à mieux y regarder il s’agit d’une Trans. Elle demande à visiter le club vu que c’est sa première fois ici. Son homme l’attend dehors. C’est d’ailleurs ce qui m’a mis la puce à l’oreille, d’ordinaire, c’est l’homme qui demande à visiter et la femme attend, où suis-je vraiment trop de la vieille école ?


La chambre

La visite a dû lui plaire vu qu’elle revient quelques minutes plus tard avec son homme. Ils passent ensuite un coup de fil et invitent un autre couple à les rejoindre. Ils arrivent une bonne demi-heure plus tard. Ce sont des gens assez mat de peau, peut-être des turcs. En tout cas, leur pratique de l’Allemand est assez basique.

Nous sommes maintenant 3 couples, une femme seule est aussi arrivée et nous sommes 4 hommes seuls. Tout ce petit monde papote gentiment. Un des hommes me regarde très souvent, le message est clair…
Je suis arrivé à 21h.
A 22h tout le monde discute.
A 22h30 ça continue de parler.
Je trouvais curieux qu’on vienne installer un club libertin en pleine zone rouge, cela pourrait effrayer certaines personnes. En fait, l’explication est assez simple : La zone rouge est arrivée après l’installation du club qui a plus de 20 ans. Ils n’ont pas déménagé et vivent avec. Circonstance aggravante, tout près du club il y a une sorte de Hlm pour cas sociaux…

Vers 23h le couple dont je ne connais pas la nationalité se lève et se dirige vers la cabine face au bar. Après un moment je me lève pour aller voir ce qu’ils font. Ils sont allongés et se caressent mais ils sont restés habillés !!! Du coup je comprends qu’il ne se passera rien.

Le mari de la Trans est aussi allé les voir. Comme ils se connaissent déjà il les rejoint et cela se termine par un massage à l’huile de la dame et c’est tout… Cela a bien duré une petite demi-heure et pendant ce temps-là tous les autres blablataient à qui mieux-mieux. Tout cela prend trop de temps à démarrer et je commence à en avoir assez. Cela fait maintenant plus de deux heures trente que je suis là et il ne s’est toujours rien passé.

Finalement, le type qui me regardait m’a fait un petit signe et m’a emmené dans la chambre en fermant la porte derrière nous. Il ne veut pas que les autres le voient. On s’amuse tout de même ensemble. Il est recto-verso mais quand il comprend que je ne suis qu’actif il me dit baise moi. Hélas je ne bande presque pas et il me faut beaucoup de technique pour le prendre avec mon bout de mou. Je suis même étonné d’avoir réussi à entrer.

Nous restons tout de même vingt bonnes minutes dans la cabine malgré que je n’aie pas grand-chose à lui proposer. Curieusement il a l’air d’apprécier !!! On finit par sortir de la chambre et l’on va se doucher.

A notre retour dans la salle commune rien n’a changé, tout le monde blablate et il ne se passe rien d’autre ! Je me demande si comme chez Shoushou il ne se passera rien avant minuit ? Comme il est déjà 23h30 je prends mon mal en patience et attends.

Autre inconvénient du club, il est fumeur et tout le monde ou presque fume… Je m’installe un peu plus loin au bar et mange deux tranches de jambon enroulées autour de petites asperges. Entre temps un nouveau type est arrivé. Il a l’air sympa et nous engageons la conversation.

C’est, pour lui aussi, sa première visite dans ce club et probablement, comme pour moi, la dernière… On se lamente tous les deux parce qu’il ne se passe rien et que les convives sont venus pour causer et non pour jouer. Ce n’est plus un club libertin, c’est un club social !

Le fait de parler avec lui m’a permis de trouver le temps moins long. Il doit être minuit vingt lorsque nous arrêtons de causer. Finalement la fille brune allemande arrivée en premier, voyant que nous sommes tous deux seuls dans notre coin, nous invite à la rejoindre.

Bof, je n’en ai pas très envie mais difficile de dire non et me voilà assis à côté de la belle qui a de la conversation et qui fume… Ils sont d’ailleurs plutôt sympas et me posent des questions sur les clubs en France et en Belgique. Elle m’explique qu’elle a des problèmes avec les turcs qui viennent dans les clubs en pensant que tous leur est acquis… Ils ne comprennent pas quand on leur dit non… Rien de bien nouveau sous le soleil, c’est un discours que j’ai maintes fois entendu dans d’autres établissements libertins.

Mais elle a beau parler de jeux, elle reste assise sur son canapé et elle n’a apparemment aucune intention d’en bouger ni pour jouer avec son homme ni avec qui que ce soit. Elle semble être venu pour l’unique plaisir de la conversation.

Je prends mon mal en patience et me lève de temps à autres pour aller manger un peu. En plus des asperges enroulées dans le jambon il y a aussi des œufs durs et de petites poulettes de viandes épicées. Cela permet de faire taire la faim sans se remplir ce qui me permet de rester actif au cas ou…

Au bout d’un moment, les deux couples complices se lèvent enfin !!! Mais ils vont s’enfermer dans la chambre et jouent porte fermée. Ils en ressortent d’ailleurs en moins de trente minutes, et s’en vont !

Vers une heure et demie du matin, voyant que cela blablate toujours et qu’il ne se passe toujours rien, je décide moi aussi de partir. Je demande ma clef, me rhabille et retourne à mon hôtel.

Une fois arrivé, je me branle sur un film porno. Cela permet de calmer un peu la frustration et de bien dormir.

Retournerais-je au Gina Bi-Treff ? Je vous laisse deviner….


Environnement du club


 Lire la suite : Vacances sexuelles 2014 §8, Une visite au FKK Grimberg, 1ère partie 

7 commentaires:

  1. Bonjour
    J'ai découvert votre blog il y a quelque temps et ce qui me laisse sans voix n'est pas votre capacité à enchainer les pénétrations mais surtout votre appétit qui semble insatiable. D'autant que sauf votre respect vous n'avez pas 30 ans. Impressionnant vraiment.
    Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Michel,
      Oui, j'ai un appétit de rencontres qui ne me laisse pas en paix. C'est ma nature. Je n'en ai jamais assez.

      Pour mon âge, vous êtes trop gentil, voilà maintenant plus de 25 ans que je n'ai plus 30 ans... Et l'appétit vient en vieillissant !!!

      Merci de votre commentaire.

      Bisous

      Supprimer
    2. Mon bel Ange,
      Merci pour ce récit et les jolies photos, tu nous fais voyager par tes histoires.
      Michel, si vous le permettez, je ne crois pas que l’âge joue un rôle dans le libertinage. On peut s’éclaterpar le sexe à tous les âges. On a qu’une vie, éclatons nous. Mon bel Ange et moi sommes deux gros gourmands de sexe et nous assumons notre gourmandise. Nous aimons les gens sympas, tous joueurs : couples, hommes, femmes, travesties, trans… C’est un plaisir et une excitation quand il y a de bonnes parties, mais j’aime aussi être voyeuse, regarder les autres jouer et regarder mon Ange prendre son pied avec d’autres et le voir joyeux avec son sourire qui m’excite.

      C’est peut être bête, mais cela me fait de l’effet. J’ai tout essayé dans mes 9 années libertines : hommes, femmes, couples, travesties, et récemment une belle trans m’a pris, quel pied, elle m’a bien fait chanter ! C’était une première et quelle excitation. Mon bel Ange a été heureux de nous voir toutes les deux nous éclater.

      Je ne cherche plus à comprendre pourquoi des gens viennent au sauna et ne jouent pas. Je vais vers ceux qui veulent jouer.

      Il est aussi vrai qu’il y a des hommes pas respectueux. Ils ont payé leur entrée et en veulent pour leur argent. Je pense qu’ils se trompent d’endroit, mais il est aussi vrai que certaines femmes et travesties aiment qu’on les prenne pour des salopes. C’est leur choix et je le respecte. Je n’aime pas être traitée de la sorte, j’aime la politesse et la douceur sauf avec mon bel Ange et ses coups de reins hum !!!!!!!!!!!!

      Patou

      Supprimer
  2. c'est ce qui s'appelle une soirée bien pourrie
    à l'intar de ce qui existe dans les clubs hétéros en france au moins une fois sur deux,ça fait chère la branlette ,autant voir directement une pro!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas,oui... Cette soirée ne fut pas bonne, c'est le moins que je puisse dire.

      Pour les clubs hétéros en France, je les fréquente de moins en moins car hélas, je constate que la plupart du temps ils ne sont pas fréquentés par des personnes venues pour jouer. A la vérité il arrive que je me demande ce que certains couples viennent faire dans ces soirées puisque je ne les vois pas bouger...

      Mais bon, il ne faut pas non plus trop généraliser. La réalité est que je suis plus dans mon milieu dans des soirées Bi.

      Ce qui m'a le plus déçu dans cette soirée c'est d'y avoir perdu mon temps. Surtout qu'effectivement il y a tout un pâté de maisons juste en face dédié aux plaisirs tarifés...

      Supprimer
  3. je vois que les allemands goutent aux joies du multiculturalisme
    comme chez nous pour ces lascars les femmes présentes sont à disposition
    ils les traitent sans aucuns respect.leur permettre l accès aux clubs est le meilleur moyen de faire fuir les couples et donc la fin des clubs programmée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons !!!
      Un peu plus de tolérance svp.
      Il n'y a pas que les autres qui se comportent mal parfois. Je vois aussi régulièrement des personnes qui n'ont rien de multiculturelles se comporter de façon pas toujours exemplaire.

      Ensuite, je vois aussi beaucoup de femmes qui recherchent les joies du chocolat, ne pas leur en proposer est s'assurer de ne pas les voir revenir.
      La situation est toujours plus complexe qu'on ne le croit.

      Supprimer

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
La rédaction prend en moyenne 3 heures pour chaque récit et bien plus s'il y a des photos...
Il est bon de savoir que les récits sont lus, rien de plus désolant que de n'avoir pas de lecteur...
Alors laissez un petit commentaire, même une seule ligne. Vous pouvez le faire de manière anonyme ou, mieux, cliquez sur la flèche face à commentaire et choisissez Nom/Url, saisissez un nom en haut et validez.
Merci.