Être prévenu des nouveaux articles de ce Blog par eMail

mercredi 28 janvier 2015

Kristina; Deux jours, deux nuits et une soirée Prisca, §1; 28 et 29 janvier 2015





Deux jours, deux nuits et une soirée Prisca
     1ère partie 


Provinciale pour moitié une partie de la semaine, je n’en reste pas moins parisienne.

Depuis quelques mois les mercredis soirs sont souvent bercés par le délicieux rythme des soirées Trio, Prisca, Atlantide, MdT avec Patrick, mon cinq comme je le surnomme tendrement…


Celui-ci a pris une grande place dans ma vie et pas seulement pour le sexe, aussi, bien souvent, nous alternons clubs, restos et sorties.
Quelquefois, au mercredi s’ajoute le jeudi. Pour faire simple, deux nuits à l'hôtel et la journée du jeudi bien souvent totalement en femme.

Ce mercredi nous avions arrêté notre choix sur une soirée Prisca.




Le matin je prépare mes bagages, toujours un choix difficile, quel jupe avec quel haut, ne rien oublier car je quitte ma province et il est difficile de faire demi tour.



14h30, je pars. Après avoir fait à peine cinq kilomètres, vite, changement de sexe, je redeviens finalement moi même, à savoir Kristina...

Place Clichy vers 16h30, comme d’habitude je trouve une place dans les cinq minutes … Il faut vraiment que je joue au loto…

A l'accueil je trouve la gérante. Je ne compte plus les nuits où nous avons séjourné dans cet hôtel, aujourd’hui nous sommes régulièrement surclassés. J’ai beaucoup de sympathie pour la patronne et nous avons fini par nous apprécier mutuellement. Nous partageons toutes les deux une période difficile de deuil et pourtant ...

Une anecdote à failli mal tourner. Je prends aujourd’hui un peu plus de recul pour en parler…

Nous avions passé la nuit à l'hôtel, le matin Patrick a beaucoup d’ardeur, au point que les voisins, parfois, profitent largement de nos ébats. Ce matin ci n’avait pas échappé à la règle.



Tout est ensuite très chronométré. Je déjeune seule après mon compagnon qui lui prend les transports en commun pour rejoindre la Défense.

Au cours du petit déjeuner, et cela contrairement à l’habitude, le réceptionniste de nuit était encore là. Je n’y prêtait pas plus d’attention jusqu’à ce qu’il me regarde plus qu’à l’accoutumée.

Au début j’essayais de détourner mon regard du sien, mais très vite il s’approche de ma table et vient me faire une proposition aussi soudaine qu'inattendue.



• Je voudrais monter dans ta chambre et discuter avec toi... Nous pourrions boire une petite bière…

Déjà une bière le matin c'est pas vraiment mon truc... Ajoutez à cela qu’à l'hôtel nous formons un couple comme un autre. Par ailleurs je reste souvent à l’extérieur dans des tenues très classiques et un maquillage assez léger, enfin, pas de quoi me faire passer pour une pute...

Sur le coup je crois rêver. J’essaie de le dissuader gentiment en lui expliquant que j’ai un rendez-vous en fin de matinée et que je n’ai pas le temps de parler avec lui…

Je remonte dans ma chambre et me hâte de préparer mes affaires pour quitter l'hôtel.
J’avais à peine regagné celle-ci que l’on toque à la porte.

Le réceptionniste était la, planté devant celle-ci. Je réitère encore très gentiment et fermement tout en gardant le sourire mes arguments et en lui expliquant que je n’ai vraiment pas le temps.



C’est à ce moment que la situation devient incroyable, il force la porte en mettant son pied dans l’encadrement de la porte et entre dans ma chambre !!! Il m’assure qu’il veut juste discuter avec moi cinq minutes. Impossible de le décourager… Il ouvre la fenêtre, allume une cigarette, et m’explique sans complexe qu’il veut passer un moment avec moi…

La dessus, il me demande la permission d’aller à la salle de bain.

Je ne vois pas comment lui refuser. J’essaie encore de le dissuader tout en continuant de plus en plus précipitamment a rassembler mes affaires pour quitter l'hôtel.

Voyant que je ne cédais pas il m’attrape par le bras, me caresse les fesses de l'autre main et m’embrasse…

J’arrive à le repousser, il doit peser au bas mot 90 kg et moi 59 en ce moment, je ne sais pas encore comment j’ai fini de ranger mes affaires et quitté la chambre, il commençait à se masturber sur mon lit… Finalement je déguerpis très vite.

Il a juste le temps de me dire “ Promets moi que cela restera entre nous “.

Je lui murmure un "oui" sans conviction et m’arrache au plus vite de la chambre.

Arrivé dans la voiture j’ai les larmes aux yeux. J’envoie un SMS à Patrick qui me dit qu’il me rappelle. Le pauvre était en réunion. Idem à Cathy, mon amie me téléphone très vite, au début elle prend la situation sur le ton de l’humour, je vous laisse deviner…



Finalement elle fait machine arrière, et me réconforte… Au demeurant, une banale agression et pour moi, une situation nouvelle que je n’ai pas su gérer.

Patrick, enfin me rappelle un peu plus tard, je sens qu’il n’a pas pris cela à la légère et cela me rassure. Pour la première fois j’ai connu une violence dans mon état de femme et l’ai très mal vécu. Quand nous en reparlons plus tard avec mon compagnon je suis en pleurs...

Cela peux paraître difficile à croire... Je ne mélange pas sorties en clubs et vie privé. Par la suite les différentes réactions à cette aventure sont les mêmes “Pourquoi n’ai-je pas porté plainte ?”

Difficile. D’abord, l’effet de surprise devant une situation nouvelle, ensuite, le contexte dans lequel nous séjournons depuis plusieurs mois dans cet hôtel et les bons rapports avec la gérante. Ajoutez à cela au final une parole contre une autre au poste de police...

Quelques jours plus tard, nous y sommes retournés. Patrick a prit le réceptionniste à l'écart, et droit dans les yeux lui a dit “Ne vous avisez jamais de recommencer ce que vous avez fait à ma compagne, sinon vous aurez affaire à moi …/...”

Je pense qu’il a compris. Depuis tout est rentré dans l’ordre. Enfin, au moins en apparence…



 Lire la suite : Deux jours, deux nuits et une soirée de Prisca, 2ème partie 


Publié le 21 février 2015

4 commentaires:

  1. Terrible histoire du harcèlement au quotidien !!!
    Ce qui me rend nerveux est de savoir que cet homme est toujours en poste, dans un hôtel...
    Que fera t-il la prochaine fois ? Se contentera t-il de se masturber sur le lit ??? Ou passera t-il à un acte plus traumatisant encore ?
    Ici il a eu affaire à une libertine endurcie qui s'est, comme de juste, sentie agressée.
    Imaginez une jeune fille de 15 ou 14 ans terifiée par un homme de 90kgs, veilleur de nuit de l'hôtel !! Celui qui est payé pour les protéger !!!

    Effectivement, pourquoi ne pas porter plainte ?
    Le sentiment d'impunité de cet homme s'est certainement renforcé avec cette histoire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le fond tu as raison, pourquoi ne pas avoir porter plainte ? J’ai essayé de répondre en partie dans ce récit, pour le reste malgré que, comme tu le rappelles, je suis une libertine endurcie, il n’en demeure pas moins que cette histoire a laissé des traces.

      Je vois deux psychiatres pour des raisons différentes qui sont toutes personnelles. Cet épisode je l’ai évoqué avec eux. Leurs réactions est la même que la tienne, pourquoi ne pas avoir porter plainte ?

      Plus facile à dire qu’à faire. Une plainte, c’est au commissariat avec un interrogatoire géré par des personnes, pour qui ton cas est à classer parmi des milliers d’autres, sans parler de mon statut de travestie qui pourrait en faire sourire plus d’un, voir plus …

      Autre fait non évoqué, la mise à pied assurée d’un homme pour faute lourde, avec toutes les conséquences sociales que cela engendre.

      Là où tu as raison, enfin peut être, c’est sur la part risque de récidive. Je ne suis pas juge mais victime pour l’apprécier…

      Nous étions encore hier soir devant lui à l’hôtel, il détourne le regard en me voyant…

      Un dernier point, l’indifférence devant les agressions de la majorité d’entre nous aujourd’hui … Ce récit est depuis le 21 février sur ce blog et pourtant aucune réaction… Cela mesure à quel point la majorité s’en fou, on préfère s’attarder sur des points de détails d’une futilité navrante…

      Désolée d’être sérieuse ce soir je l’étais moins hier …

      Kristina

      Supprimer
  2. Hisroire tres frappante en effet. On oublie la violence de certains vis à vis des personnes du troisieme sexe et j'imagine que vous avez du vivre bien des situations difficiles. Mais la c'est alle tres loin..
    Merci pour ce recit et bonne continuation.
    Franvois

    RépondreSupprimer
  3. Malheureusement des histoires comme il en arrivent tous les jours, cela fait plus d’un an que nous allons dans cet hôtel toutes les semaines et c’est surement le dernier lieu ou je pensais être agressée…
    La leçon à malgré tout servie à mon agresseur, plus jamais la moindre allusion, pour le reste il m’arrive encore d’avoir les larmes aux yeux en pensant à ce qui c’est passé.

    Merci François pour votre commentaire.

    RépondreSupprimer

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
La rédaction prend en moyenne 3 heures pour chaque récit et bien plus s'il y a des photos...
Il est bon de savoir que les récits sont lus, rien de plus désolant que de n'avoir pas de lecteur...
Alors laissez un petit commentaire, même une seule ligne. Vous pouvez le faire de manière anonyme ou, mieux, cliquez sur la flèche face à commentaire et choisissez Nom/Url, saisissez un nom en haut et validez.
Merci.