Être prévenu des nouveaux articles de ce Blog par eMail

mercredi 28 janvier 2015

Kristina; Deux jours, deux nuits et une soirée Prisca, §2; 28 et 29 janvier 2015





Deux jours, deux nuits et une soirée Prisca
     2ème partie 

Deux jours, deux nuits et une soirée Prisca, 1ère partie ici

Pour en revenir au récit, Patrick comme souvent n’était pas en avance.


Nous quittons l'hôtel vers 20h, mon gps de Waze m’indique l’arrivée au Dream dans 30 minutes. Finalement nous sommes porte de Vincennes à 20h30.

Garés pratiquement en face du Dream on y entre très vite. Passage au vestiaire où je laisse mon manteau et vais ensuite me changer en Kristina fille de mauvaise vie…




Par habitude je vais saluer mes connaissances coquines avant de me changer, ce soir il y a beaucoup de monde et surprise (mauvaise) le buffet est quasiment vide. De suite je dis à mon compagnon que l’on va peut être commencer par s’alimenter avant les hostilités.

Je croise Prisca qui m’explique que la soirée a commencé à 18h, elle fait un essai …

Retrouvailles rapides avec des copines et amants des soirées Prisca.

Je retrouve bien sur mon cavalier, c'est toujours pour nous le moment de nous faire quelques amabilités dont nous avons le secret…

Il est en compagnie d’une nouvelle, blonde, Claire, charmante, je sais qu’ils n’en resteront pas aux civilités… Même mon compagnon va goûter à la nouveauté… Je n’aurai pas le plaisir de la connaître ce soir.


Claire suce mon 5 et se fait prendre par Daty

Avec Patrick, nous honorons très vite le buffet et tout aussi vite nous descendons d'un étage, là où se passent les choses intéressantes.

Ce soir, dans l'escalier il y a déjà de la denrée pour ma tanière, on a le choix et l'embarra ...

Arrivée dans une de mes pièce préférée, celle qui est au fond du couloir, je m'accroupis, mes fesses tournées vers l'encadrement de la porte.

En général l'effet désiré est rapide, ce soir c'est même très très rapide…



Je me retrouve a sucer au moins six mecs dans la cabine et dehors c'est la queue (s) !!!

Comme d'habitude je privilégie les plus dures, ce soir Patrick se trouve avec le travail facilité, pas plus de cinq minutes dans la cabine et déjà un dans le derrière .
Il me baise consciencieusement, me remue bien, j’arrive malgré tout à contenter les plus proches en bouche.

Heureux ceux qui arrivent a entrer dans la cabine, les autres vont se contenter de leurs mimines, du grand délire pendant plus d’une demie heure, impossible de compter…

Un moment de calme pendant la tempête permet à Daty d’entrer dans mon terrier.

Le rituel massage de mon anus et l’application de son gel fabriqué maison, et oui mon cavalier consomme beaucoup de carburant, peut être faudrait il une TVA plus faible sur le pommadé…

C’est parti pour une chevauché, je le sais capable de se plier en quatre (sauf la queue que je préfère entière) pour me faire plaisir, enfin quant il le veut…


Daty s'occupe de moi

Une citation me vient à l’esprit, enfin en cherchant malgré tout un peu … “Surmenons-nous, surmenons-nous pour vivre vite et mourir plus tôt.”
Jules Renard

Daty réalise quelques clichés de nos ébats, sur la fin je déclare forfait, allongée sur le ventre ... enfin pour cinq minutes. Patrick pendant ce temps a la vie belle, pendant près de trois quart d’heure, il sait qu’il a toute la nuit pour en profiter mais ce n’est pas une raison...


Allongée sur le ventre

Le calme est un peu retombé sur ma tanière et mon 5* peu maintenant jouer à son bon vouloir avec moi.
Difficile de compter notre complicité, mélange de sexe et beaucoup plus… Une immense envie de tendresse que j’ai perdu depuis peu…

A mes yeux pas de trahison envers celle que j’ai aimé, simplement une envie de profiter de la vie avec une personne qui m’apporte aujourd'hui beaucoup de réconfort.

Enfin un peu de repos, du moins c’est ce que je crois, les quelques mètres qui me séparent de la salle de bain peuvent prendre beaucoup de temps... Arrivée à celle-ci un garçon m’entreprend, il attrape mes tétons et s'emploie à les caresser, très vite je lui demande de bien les pincer.

Le pauvre va essayer de les presser de toutes ses forces, peine perdue. Je lui explique qu’il risque des crampes aux doigts, mes tétons sont plats et finalement il renonce et me propose de venir le retrouver dans un endroit plus propice à la galipette.

Il me demande de le sucer, je consents et entreprends sa queue, elle semble droite et tient sans trop de difficultés. Seul problème, les poils ! Je ne suis pas une fan des pubescent surtout à cet emplacement, finalement je gobe ses couilles, façon oeufs, c’est une pratique ou j’excelle. J’évite de trop l’aspirer de peur de tout avaler, enfin … c’est une image, les omelettes oui mais avec des oeufs de poules...

Il consent au final à me baiser, pas facile. C’est souvent moite moite, de toute façon ou il crache ou il baise, j’ai fini par être intraitable, après tout c’est aussi ça le partage “équitable”.

A nouveau j'essaie de me rapprocher des toilettes. Pas de chance, encore une halte obligée dans le couloir. Un garçon correctement membré m'amorce, en bouche très vite je pense à un 4,5 de diamètre et un sexe qui part un peu de travers …

Qu’importe je n’ai à le sucer que cinq minutes et lui tends mon derrière. Du bonheur, je lui laisse deux minutes pour aller se ravitailler en spermicide et me baiser comme un pro, sans fioriture mais respectueusement.

Coté face bien évidemment deux ou trois queues se trouvent dans ma cavité, pas facile de maintenir une position cambrée et sucer des bites.

De temps en temps je me relève sur l’un d’eux histoire de me dégourdir les jambes, mon assaillant fini par jouir non sans me complimenter sur mon physique, c’est toujours bon à prendre…

Enfin j’arrive à m’extirper du couloir et des toilettes. Je cherche Patrick, le trouve très vite, j’ai presque honte de moi, enfin dans les bras l’un de l’autre.

Nous remontons au bar, un gin tonic pour moi et un coca pour lui, au bar je retrouve aussi Marina, et Caline Caline deux complices de mes soirées Prisca.


 Lire la suite : Deux jours, deux nuits et une soirée de Prisca, 3ème partie 


Publié le 21 février 2015

2 commentaires:

  1. Oh la la !!!! Comment un mec peut il rester avec ses chaussettes ? C'est un tue l'amour ! Ce n'est pas agréable pour sucer ni pour jouer et puis c'est affreux à l'image.
    Moi, pour jouer, ou il les retire ou il dégage !!!!!!!!!
    Patou

    RépondreSupprimer
  2. Ah, surement des chaussettes rajoutées dans photoshop, lol… Tes petites imperfections font ton charme !!
    Même si l’hygiène sur les matelas peut laisser à désirer… Merci Patrick, pour ce que tu m’apportes en ce moment, c’est ce qui compte à mes yeux…

    Kristina

    RépondreSupprimer

Vous avez aimé ce que vous avez lu ?
La rédaction prend en moyenne 3 heures pour chaque récit et bien plus s'il y a des photos...
Il est bon de savoir que les récits sont lus, rien de plus désolant que de n'avoir pas de lecteur...
Alors laissez un petit commentaire, même une seule ligne. Vous pouvez le faire de manière anonyme ou, mieux, cliquez sur la flèche face à commentaire et choisissez Nom/Url, saisissez un nom en haut et validez.
Merci.